Joom!Fish config error: Default language is inactive!
 
Please check configuration, try to use first active language

Loi sur l’Energie
Loi sur l’Energie
Statistiques d'activites Print
There are no translations available.

GEOLOGIE & GEOPHYSIQUE

o Etudes géologiques diverses
o Estimation de paramètres pétrophysiques et calculs volumétriques
o Digitalisation de logs, cartes et impression grand format.
o Réalisation d’une grille d’acquisition
o QC des travaux d’acquisition et de (re)-traitement
o Etude AVO, inversion sismique
o Retranscription de bandes magnétiques en données sismiques
o Vectorisation de sections sismiques.

Aujourd’hui, on compte près de 62 250 km de lignes sismiques 2D et 11 482 km² de lignes sismiques 3D qui ont été réalisées et plus de 200 puits forés.
Parmi ces puits, on compte cent trois (103) puits d’exploration, cinquante neuf (59) puits de développement, le reste étant des puits d’évaluation et de délinéation.
Quarante sept (47) puits d’exploration ont été des succès de découvertes ce qui donne un taux de succès de 45,6% sur l’ensemble de la période de 1957 à maintenant.
En termes de réserves, on peut noter que l’exploration a révélé un potentiel du bassin relativement intéressant notamment dans les eaux profondes à très profondes.
Ainsi, les réserves récupérables restantes (champs en production et en attente de développement) sont estimées à 339 millions de barils de pétrole brut et 1 240 milliards de pieds cubes de gaz naturel.
A titre de comparaison, ces réserves de pétrole brut représentent moins de six (6) mois de production pour un pays comme le Nigéria qui produit entre 2 et 2,5 millions de barils par jour.
Mis à part les gisements appréciables Baobab et Espoir pour le pétrole brut, Foxtrot pour le gaz naturel, il s’agit en général de petits gisements satellites.

  • Promotion des blocs pétroliers :

Aujourd’hui, sur 33 blocs pétroliers, 19 blocs ont été attribués à un total de 11 compagnies pétrolières et 14 blocs sont libres. La carte des blocs pétroliers ainsi qu’un tableau récapitulatif du statut des blocs pétroliers sont présentés ci après.

Figure 1 : Bassin pétrolier ivoirien et Blocs pétrolier

Bassin petrolier ivoirien et Blocs petrolier

Tableau 2: Blocs pétroliers et leur statut

Blocs petroliers et leur statut

  • Production de pétrole brut et de gaz naturel

Quatre (4) blocs pétroliers sont actuellement en production et réalisent à ce jour près de 50 000 barils/jour de pétrole brut et 140 millions de pieds cubes/jour de gaz naturel contre 45 648 barils/jour de pétrole brut et 139 millions de pieds cubes/jour de gaz naturel réalisé en 2008. Ce sont les Blocs CI-26, CI-40, CI-27 et CI-11. La production de pétrole brut ivoirien est environ 40 fois moins que celle du Nigéria.

Tableau 3 : Production pétrolière et gazière réalisée au 1er trimestre 2009


Les figures suivantes nous présentent les évolutions de la production pétrolière de 1980 au premier trimestre 2009 et de la production gazière de 1995 au premier trimestre 2009.

Figure 2 : Production de pétrole brut depuis 1980

Figure 3 : Production de gaz naturel depuis 1995

Ainsi, on peut noter que la production pétrolière en Côte d’Ivoire se subdivise en deux périodes distinctes :

- la première période de 1979 à 1992 qui correspond aux débuts de la production pétrolière en Côte d’Ivoire ;
- la seconde période de 1994 à maintenant.

En effet, après la découverte des premiers gisements pétroliers, la production pétrolière en Côte d’Ivoire a démarré en 1980 par la mise en production du champ Bélier suivie en 1982 par le champ Espoir. Ces deux champs ont produit, jusqu’à leur abandon, respectivement en 1989 pour Espoir et 1992 pour Bélier. Les productions cumulées ont atteint pour Espoir environs 31,1 millions de barils (et 62 milliards de pieds cubes de gaz) et pour Bélier 19 millions de barils.

En 1992, l’activité de production connue une période creuse avant de reprendre en 1994 avec l’ouverture du champ Lion, suivi en 1995 par le champ Panthère, tous deux dans le Bloc CI-11. En 1999, le champ de gaz Foxtrot du Bloc CI-27 a été mis en production. E 2002, le champ Espoir (Bloc CI-26) a rouvert et en 2005 le champ Baobab (Bloc CI-40) a démarré sa production. La production au cours de cette période a atteint un niveau record en Côte d’Ivoire avec plus de 90 000 barils/jour (les 21 et 22 mars 2006). Aujourd’hui, après un repli enregistré en 2007 et 2008 à cause de l’ensablement de certains puits du champ producteur majeur Baobab, résolu en début d’année 2009, la production pétrolière est revenue à un niveau moyen de 50 000 barils/jour.

La mise en production en 1995 du champ de gaz naturel Panthère (et par la suite Foxtrot en 1999) a lancé la production thermique de l’électricité en Côte d’Ivoire à partir du gaz naturel sur lequel repose aujourd’hui à près de 60% la production électrique.

Cette situation a fait de la Côte d’Ivoire, depuis un certain nombre d’année, un exportateur net d’électricité.
Le gaz naturel produit dans notre bassin pétrolier est exclusivement destiné au marché intérieur pour :

• la production d’électricité principalement, à près de 85%, en alimentant les centrales thermiques d’Azito et de Vridi ,
• la production de gaz butane par l’usine Lion GPL,
• les usages énergétiques des industries telles que la SIR, CHOCODI, Unilever, etc…
• l’autoconsommation des installations de production elle mêmes.

Evolution des ventes de gaz naturel 1999-2008

Figure 4 : Evolution des ventes de gaz naturel au secteur électrique, à la SIR, à PETROCI et à Lion GPL de 1999 à 2008

  • Infrastructures de production et de transport

En termes d’infrastructures, nous avons :
• Quatre (4) installations de production de pétrole brut et de gaz naturel en mer produisant 50 000 barils de pétrole brut et 140 millions de pieds cubes de gaz naturel par jour,
• Des installations de stockage de pétrole brut en mer pour le bateaux de production et de stockage en mer (FPSO Espoir CI-26 et Baobab CI-40) et un réseau de canalisations du pétrole brut (oléoducs) pour les installations qui ne disposent pas de tanks de stockage sur place en mer (Plate formes CI-27 et CI-11);
• Un réseau de transport de gaz naturel (gazoducs), avec une capacité de transport totale pour le gaz de 210 millions de pieds cubes/jour ;
• Une base logistique pétrolière à Vridi.

  • Contribution dans l’économie ivoirienne en 2008

o Les exportations de pétrole brut ont représenté quinze pour cent (15%) des exportations totales de la Côte d’Ivoire.
o Les activités de production d’hydrocarbures contribuent à 3,6% au PIB.
o Les revenus de l’Etat se chiffrent à deux cent quatre vingt (280) milliards de F CFA.

Ce montant représente près de 31% des revenus totaux tirés de la production pétrolière et gazière et est plus de 9 fois supérieur aux revenus réalisés par l’Etat en 2007. Cela est du fait du recouvrement quasi-total des coûts pétroliers sur un bloc majeur (Bloc CI-26).

Tableau 4 : Revenus de l’Etat en 2006, 2007 et 2008

Le secteur Aval

Les principales activités du secteur aval sont :
• L’approvisionnement et le raffinage ;
• Le stockage ;
• Le transport ;
• La distribution et la commercialisation.

  • Approvisionnement et raffinage

o Approvisionnement
Le terme approvisionnement revêt deux aspects :
• D’abord l’approvisionnement des raffineries (ex: la SIR) en matières premières (pétrole brut, gaz naturel) ;
• et ensuite l’approvisionnement du marché national et autres débouchés, en produits raffinés.

L’approvisionnement de la principale raffinerie, la Société Ivoirienne de Raffinage (SIR), se fait essentiellement à partir d’un panel de bruts du Nigeria. Toutefois, la SIR utilise aussi d’autres sources d’approvisionnement (voir ci-dessous).

Tableau 5 : Panel des bruts traités par la SIR

En l’état actuel des contraintes internes et externes, seul le BONGA à défaut le FORCADOS assure potentiellement l’optimum économique de la raffinerie. Les besoins en volume de la SIR sont de 75 000 bbl/jour.

Les contraintes internes et externes évoquées plus haut sont :

• Techniques : types d’unités pétrolières : distillation atmosphérique+ Cracking ;
• Commerciales: la structure de la demande en produits raffinés des marchés à approvisionner, la fiabilité et la flexibilité du fournisseur ;
• Géographiques : proximité des zones de production, disponibilité continue du brut ;
• Logistiques : taille des lots, stockage, capacité des terminaux de déchargement
• Economiques : le prix du baril, le fret, le financement des achats, le prix de vente, la marge de raffinage que procure ce brut, etc… ;
• Politiques : embargo, contrats.

La Société Multinationale de Bitume (SMB), filiale de la SIR, utilise quant à elle des bruts lourds d’Amérique centrale et du sud (Maya, Bachaquéro, Hamaca Blend). Les besoins de la SMB sont estimés à 4 à 5 navires de 600 000 à 900 000 barils par cargaison.

La troisième unité approvisionnée en source d’énergie primaire est LION GPL qui utilise le gaz naturel du bloc CI-11, en Côte d’Ivoire, pour produire du gaz butane.

  • Raffinage

Il faut entendre par « raffinage » la fabrication des produits pétroliers finis pour le marché ivoirien et l’exportation.
A partir d’un équipement de pointe, la SIR fabrique les produits suivants :

o Butane: usage domestique et industriel ;
o Super sans plomb: carburant automobiles ;
o Pétrole lampant: éclairage milieu rural ;
o Kérosène (Jet A1): aviation ;
o Gasoil: moteurs diesels ;
o Distillate Diesel Oil (DDO): fours et diesels ;
o Vaccum Gasoil (VGO) ou Heavy Vaccum Oil (HVO): turbines à gaz;
o Fuel oil 180, 380 et 450: centrales thermiques et navires.

Figure 5 : Evolution de la capacité de production de la SIR

Evolution capacite production SIR

Entre 25% à 30% de la production SIR approvisionnent, avec satisfaction, le marché national. Le reste de la production est exporté. Toutefois, il faut souligner que le butane est le seul produit pétrolier pour lequel la production nationale (SIR + LION GPL) n’arrive pas à satisfaire la demande nationale. Le déficit (environ 60% de la consommation en 2008) est donc importé.

Evolution appro marche national SIR

Figure 6 : Evolution de l’approvisionnement du marché national en produits pétroliers par la SIR

  • Stockage

Le stockage des produits pétroliers est assuré, d’une part, par la SIR et la SMB qui disposent de dépôts en leur sein, et d’autre part par la GESTOCI et les dépôts MSTT dont c’est la principale activité.
La GESTOCI (Société de Gestion des Stocks Pétroliers de Côte d’Ivoire) :
o Gère des stocks de produits pétroliers (Stocks de sécurité et Stocks-outils (opérationnels) ;
o Met à disposition des produits pétroliers aux distributeurs agréés

La capacité nominale du dépôt est de 400 000 m3 dont 50 000 m3 (dépôt de Bouaké) ne sont pas fonctionnels.
Le pool Mobil Shell Total Texaco (MSTT) qui regroupe deux dépôts (Dépôts Shell et ex- AOT ou Libya Oil)

o Gère les stocks de produits pétroliers (Stocks-outils ou opérationnels) ;
o Met à disposition des produits pétroliers aux distributeurs agréés membre du Groupement des Professionnels de l’industrie du Pétrole (GPP)

La capacité nominale de ce dépôt est d’environ 76 180 m3.
Les marchés desservis par ces dépôts sont le marché national et le marché de l’hinterland (Burkina, Mali, Niger) pour la GESTOCI seule.
Il existe un autre type de dépôts, celui de PUMA ENERGY, d’une capacité nominale de 392 484 m3. Ce dépôt entrepose des produits pétroliers destinés aux marchés extérieurs hors hinterland.

  • Transport

Les moyens de transport utilisés pour le transfert de produits pétroliers sont les camions-citernes, les wagons-citernes et le pipeline.

  • Les camions-citernes

Ils assurent le transport des produits pétroliers, d’une part entre les dépôts, et d’autre part entre les dépôts et les stations-service.

o Parc d’environ 250 camions
o Acteurs: Centaures routiers, GITP, YANKA, 2TM, GTP, autres privés
o Volume transféré: Environ 120 000 000 litres/an

  • Les wagons-citernes

La SITARAIL utilise un parc estimé à une soixantaine de wagons, appartenant à GESTOCI, pour réaliser le transfert des produits pétroliers entre les dépôts (Abidjan – Bouaké) et l’extérieur (Burkina Faso).

  • Pipeline

En construction par PETROCI, il servira au transport des produits pétroliers entre les dépôts Abidjan – Yamoussoukro – Bouaké. Il sera enterré sur tout son tracé.

• Produits transportés: Supercarburant, gasoil, DDO ;
• Longueur:
* Abidjan – Yamoussoukro : 265 km
* Yamoussoukro – Bouaké : 120 km
• Diamètre nominal extérieur: 12’’
• Débit journalier: 4 383 m3/Jour
• Pression de livraison: 3,5 bars

  • Distribution et commercialisation

La distribution des produits pétroliers est assurée par des sociétés Multinationales (Total, Shell, Oil-Lybia et Chevron) et Nationales (Ivoire (depuis oct. 93), Pétroci, Lubafrique, etc) agréées par le Ministère des Mines et de l’Énergie. On compte aujourd’hui une trentaine de sociétés agréées en activité.
Les distributeurs sont regroupés en association : le GPP (Groupement Professionnel de l’Industrie du Pétrole) et l’APCI (Association Professionnelle des Pétroliers de Côte d’Ivoire).
Ces distributeurs agréés utilisent un réseau de 555 stations-service et des dépôts consommateurs, repartis sur l’ensemble du territoire national, pour commercialiser les produits pétroliers.

Tableau 6 : Répartition des stations-service par région

La région des Lagunes arrive en première position avec 45,23% suivi de loin de la région de la Vallée du Bandama avec 7,57%.
La consommation nationale de produits pétroliers en 2008 est estimée à 959 747,22 TM.

Figure 6 : Consommation nationale de produits pétroliers en 2008

Consommation nationale produits petroliers 2008

Comme on peut le voir, la quantité de gasoil consommée en 2008 représente plus de la moitié de la consommation nationale (57,68%).
Ce volume consommé se répartie comme entre les distributeurs (parts de marché en 2008) comme suite:

Comme on peut le voir, la quantité de gasoil consommée en 2008 représente plus de la moitié de la consommation nationale (57,68%).
Ce volume consommé se répartie comme entre les distributeurs (parts de marché en 2008) comme suite:
Comme on peut le voir, la quantité de gasoil consommée en 2008 représente plus de la moitié de la consommation nationale (57,68%).
Ce volume consommé se répartie comme entre les distributeurs (parts de marché en 2008) comme suite :

Tableau 7 : Part de marché des distributeurs agréés

 

 

Contactez-Nous

Photos

Liens Utiles


Copyright © 2010 Ministère du Pétrole et de l’Energie - Tout droits reservés